Windows on the World of SipaKV

New York Junkie (2)

Posted on: January 26, 2006

Il fait -10 degres dehors et 20 degres dans la voiture. Le ciel est d’un joli bleu.
Malgre le froid de canard, nous nous retrouvons dans les rues de Chinatown. ZazaKV est tout blotti contre la poitrine de son papa, et ca fait une bien touchante photo que je ne prends pas car mes doigts sont geles. Heureusement que papa a de gros bras parce que ZazaKV pese lourd!

Chinatown bourdonne d’activites. Les voitures et les pietons se melent sur Canal Street. J’ai une petite nostalgie pour ma ville aux douze collines car Chinatown me rappelle les marches d’Antananarivo avec ses marchands, ses rues grouillantes et ses pavillons. Difficile d’imaginer qu’a peine deux blocs plus loin se situe le quartier chic de SoHo, avec ses galeries d’art, le MoMA Store, les boutiques de fringues de luxe et les lofts modernes qui se vendent a plusieurs millions de dollars.

Non, a Chinatown, comme a Anosibe ou a Analakely du temps du Zoma, les marchands proposent sur des etals en plein air des legumes et des fruits : pommes, poires coreennes, durians aux pointes piquantes, bok choy, pi-sam, broccolis asiatiques et autres ananas en toutes sortes. Un homme au regard endormi garde entre ses pieds un gros seau grouillant de petites betes vertes qui s’agitent dans tous les sens. Je me rapproche pour voir ce que c’est. Des grenouilles vertes bien vivantes entassees les unes sur les autres. Ca me donne un haut le coeur que je reprime vite. J’adore les cuisses de nymphe d’Ambatolampy, alors pourquoi fremir en voyant pulluler leurs proprietaires vivants et bien verts? Je regarde ailleurs quand meme.
Plus loin, les marchands proposent des crevettes et toutes sortes de poissons frais et asseches, il y a des coquillages varies que je ne puis m’attarder a regarder de pres car d’autres pietons me bousculent impatiemment.

Les vendeurs ne se donnent meme pas la peine d’etiquetter la marchandise en anglais. Tout est en chinois. Meme les enseignes du McDo et de Burger King sont en chinois. Une voiture bleu et blanche passe. C’est la NYPD. Les officiers entasses a l’interieur sont aussi asiatiques. Au dessus de moi, tout un mur est peint pour une pub de Western Union. Bien sur, c’est en chinois.
Nous marchons plus loin, traversons rues sur rues pour deboucher sur Mulberry Street et un petit ilot de restaurants. Les boutiques s’ornent de rouge et or en prevision du Nouvel An Chinois est pour le 29 Janvier. Les tsipoapoaka, les dragons, les enveloppes de bonne annee ou les parents glissent des billets d’argent pour les enfants recouvrent les devantures. J’entrevois un Bouddha obese qui sourit comme s’il avait trop bu. Nous n’avons pas le temps d’aller visiter les boutiques de contrefacons ou les sacs, montres et foulards rivalisent de faux luxe. Il fait vraiment trop froid, j’ai peur que ZazaKV n’attrappe la creve.

Nous nous decidons a penetrer dans un boui-boui aux fenetres pas tres propres. Parmi toutes les indications en chinois, on lit qu’on y sert des dim-sums. On s’y engouffre vite. C’est a Chinatown que j’ai goute aux dim-sums pour la premiere fois, il y a neuf ans (!). C’est aussi ici que ma roommate, la sino-juive-qui-ne-sortait-qu’avec-des-Noirs, dont je vous parlais auparavant, m’a introduite aux delices des thes aux boules de tapioca a la mode taiwanaise, il y a maintenant presque cinq ans (re !).

On nous installe a une petite table boiteuse et pas tres propre. Ce n’est pas tres grave. Nos estomacs en ont vu d’autres dans nos pays dits sous-developpes. Le resto se specialise dans les nouilles – nouilles de riz, nouilles aux oeufs, nouilles de ble -. Le menu propose des soupes aux nouilles, des nouilles sautees, des dim-sums varies, des soupes au riz (congee ou jook – ou comme les Malgaches disent “tsok”). La clientele est variee, avec une majorite d’Asiatiques, ce qui est bon signe. BandyKV se decide pour une soupe de nouilles aux pieds de cochon. Tant mieux pour lui. Je prends un plat de nouilles sautees avec du ragout de boeuf. On agremente ca de broccolis chinois sautes a l’ail et d’un plat de shrimp dumplings. Et on arrose ca d’un the au jasmin. ZazaKV partage mes nouilles et mon boeuf. C’est delicieux. Il adore et en redemande, tout en tapant sur la table avec une fourchette. Car on nous a ramenes des fourchettes avec les baguettes. Nous nous depechons de leur donner tort en faisant montre d’une dexterite (et modestie…) certaine avec nos baguettes.

Les serveurs parlent a peine anglais, mais ca ne les empeche pas de suivre le match de football americain a la TV. Le sport est un langage universel, j’imagine, pour ceux qui en sont ferus. Le match les absorbe tellement, ils mettent du temps a venir debarrasser notre table et donner l’addition. Derriere nous, la caissiere remplit quatre gros bols en plastique pour un Take out order. Une petite queue s’est formee devant la porte. A chaque fois qu’un client entre, le froid s’insinue.

Il ne reste plus beaucoup de temps, on rentre ce soir. Nous nous decidons a quitter notre boui-boui. La premiere heure de parking nous revient a $12! C’est un homme reveche et a l’accent russe qui collecte l’argent. Un gardien de parking russe a Chinatown? Apres tout, pourquoi pas…

Advertisements

17 Responses to "New York Junkie (2)"

” Le match les absorbe tellement, ils mettent du temps a venir debarrasser notre table et donner l’addition. “
C’est etrange, mais ptet chui le seul a avoir cette impression…
Cette impression que quand on rentre dans un resto chinois, surtout les fast-food, on a l’impression de deranger lol
Ceci dit, il y a a toulouse, un resto chinois a volonte ou je vais tres souvent.
C’est propre, bon, sain et les serveuses sont mignones.

C’est vrai qu’on n’y va pas pour la qualite de service. Et j’ai remarque que moins ca paie de mine, plus la bouffe est “authentique” et meilleure.
Ah bon, moi aussi j’aime bien aller dans les buffets a volonte. Il y a un resto japonais a volonte qui vient d’ouvrir pres de chez moi. Je n’ai pas encore essaye. Je ne sais pas encore si les serveuses y sont mignonnes 🙂

ha ha ha pi-sam ou mpi-sam dans “comme a Anosibe ou a Analakely … bok choy, broccolis etc.”
Ary le miady varotra ? de gasyyyy !! c vraiment comme à mada. Tu ne sais pas si t’as fait une affaire ou tu t’es fais avoir mais en tt cas ils réussissent tjrs à te faire acheter un truc lol.
rhalala !!
En tt cas merci pour ce post sipakv 😉 bon week end 🙂

je n’ai pas essaye de marchander ! je suis sure que ca se fait pourtant la-bas.
est-ce qu’il y a un chinatown dans ta ville? tu pourrais en parler. Ca y est, l’exposition Cezanne en provence a ouvert aujourd’hui. Je t’ai promis d’y aller…J’espere pouvoir le faire bientot.

Salut Sipakv, je viens de voir un extrait de l’expo au JT justement, ils ont montré le deventure du musée (trop beau) avec l’espèce de banderol “cezanne en provence nanani nanana”, j’aime bcp l’architecture du musée (et tt l’architecture de DC en générale). Sinon pour chinatown, il n’y a pas vraiment de quartier specialement “sinoa” à marseille, les gens sont trés mélanger par contre je ferais peut etre un post sur les tavaratra ;)Merci d’avance pour l’expo, et prend ton temps il n’y pas le feu tu as six mois :p

En fait, voila : gai lan, gai sum, choy sum, bok choy, et autres dont je ne me souviens pas.
C’est vrai je crois qu’il n’y a pas trop de “ghettoisation” en France, et pas beaucoup de ces quartiers ethniques du genre Chinatown, Little Italy, etc… Mon quartier est entoure d’un cote de Coreens (little seoul), d’un autre de Latino-americains (Little El Salvador?).

“pi-sam” me rappelais “mpi-sam”
dans le sens de “mpanendaka”, comme tu parlais d’Analakely (lol) mais bon …:) c juste une parenthèse.
Sinon Marseille c’est la première ville du Maghreb traverser par le paris Dakar , on dis aussi que c’ est la cinquième île des Comores. Ou encore, que c’est la première ville comorienne avant Moroni 🙂 …

hay ve e ! 🙂
et c quoi la premiere ville “malgache francaise”? fa ianao ity ve aix sa marseille e?

ben, je suis des deux sady aix no marseille, SDF (lol) paris angambany no première ville 🙂

première ville malgache-française hoee : Cachan no valiny ! je ne savais pas qu’aller prendre une soupe chinoise était une si formidable aventure… hum hum comme dirait le vieux Hum
visiter NY n’est pas dans mes moyens mais visiter lolita peut-être cf. “love at ever ever sight” arY ambany arY, sa rehefa misotro lasopy sinoa dia miakatra ny fire of my loins (moa izy izay) ?

Belle virée Sipakv,
Un jour je ferai un post sur le quartier chinois de Montréal.
Il est beaucoup beaucoup plus petit et je n’y fait pas autant de belles affaires que sur Canal Street à NY !!

Tous les quartiers chinois que j’ai visites sont tous differents, grace a leur terre d’accueil qui leur donne un parfum distinct. Je serais curieuse de lire ta description du Chinatown quebecois. Ce serait un poste trop cool ! D’autant plus que je n’ai jamais mis les pieds a Montreal.

Rajiosy : dis bonjour a la nymphette de ma part

efa tsy taonany intsony e (sa vao maika tanany ?)
hum hum

azafady fa latsaka ny o dia lasa atody…
lire “sa vao maika taonany ?”

fa angaha misy limite d’age ny mamaky an’i Lolita?

vaky bantsilana ny tetika !
comment circonvenir la petite peste ?
moa va misy cuisses de nymphette any Chinatown ? fantatro fa tsy azo atao meloka aho …hay tokoa moa 42 taona ingahy RaHumb-Rahomba. Ry lehilahy kristiana mahafatra-po miambena faaaatratra amin’ny sipakely veta fa malalaka migodààààna ny làlan’ny fahaverrrrezana !

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s


  • None
  • Anonymous: Michener, le grand romancier historique raconte dans sa fresque sur l'Afrique du Sud (je ne me souviens pas du titre) la vie d'une esclave Malagasy
  • Anonymous: mahagaga fa misy album nataon'i nicolas vatomanga izay tany amin'ny taona 1999 tany fa tsy nivoaka ilay izy : redalandy (red island) no nataony anaran
  • Zanatany: j'ai hérité (de mes grands parents qui vivaient à Mada depuis 1927)d'une oeuvre phénoménale de Maurice Le scouezec peinte à Madagascar (Mahamas)

Categories

%d bloggers like this: