Windows on the World of SipaKV

La question du retour

Posted on: August 22, 2005

Non, je ne vais pas parler de la question du retour des Palestiniens en terre palestinienne ou israelienne. Je laisse ca a Thomas Friedman du NYT.
Je veux parler de la question du retour de l’immigree que je suis.

A propos, avez-vous remarque que les Occidentaux se qualifient d’expatries et jamais d’immigres lorsqu’ils immigrent?
Jamais je n’ai entendu parler d’expatries mexicains aux Etats-Unis, c’est toujours immigres, immigres, immigres (ou meme wetbacks).

La question du retour se pose peu souvent lors de la vie quotidienne. Je suis tellement attrappee par le tourbillon de la vie (j’adore cette chanson et ce film!) qu’il faut bien reconnaitre que je pense a ca rarement. Difficile d’y penser lorsque ZazaKv reclame son biberon avec une eloquence bruyante, que le linge a laver/menage/diner attend …
Mais de temps a autre, j’y pense.

J’y ai pense lorsque je me suis mariee.
Lorsque mon pere est decede.
Lorsque j’ai su pour la premiere fois que j’etais enceinte.
J’y ai pense lorsque j’ai fini mes etudes, mais malheureusement (ou pas) j’ai eu une offre d’emploi si mirobolante qu’elle ne se refusait pas et donc me voila toujours ici xxx annees apres l’obtention de mon carton.

La question du retour est devenue tres pertinente a chaque fois qu’un evenement essentiel s’est passe dans ma vie.

Est-ce que je veux rester a l’etranger alors que la vie est si courte et que maman veuve est seule la-bas au pays avec son chagrin. Apres tout, ne vit-on pas pour ceux qu’on aime? Et les personnes que je connais qui sont retournees au pays se debrouillent tres bien, dans des boulots challenging qui aident vraiment le pays meme s’ils ne sont pas payes en $. Ma conscience essaie de me dire que d’ici aussi, j’aide Madagascar, mais ca sonne creux.

Est-ce que je veux accoucher seule comme une chienne, ici au loin, denues de famille et de proches alors que meme certains oiseaux et poissons retournent au meme endroit (la ou leurs oeufs ont eclos) chaque annee pondre leur progeniture?

Est-ce que je veux elever mes enfants ici? J’ai passe une enfance enchantee a Madagascar que j’aimerais donner a mes enfants. Comprendront-ils ma nostalgie lorsque je leur parlerai de mes jeux dans la terre rouge, avec des pierres en guise de poupee, des Raosy Jamba et Kasikasi-Kapoaka, des douze collines sacrees, de ce que c’est que d’observer les nuages rouges-violets-bleus de ma fenetre de jeune fille, des sambos et des soupes chinoises, d’Ambila Lemaitso? Ou se contenteront-ils de me reclamer des Burgers et des Freedom fries en levant a peine les yeux de leur PlayStation, et puis maman quand est-ce qu’on va a DisneyLand?

Quand je dis que je vais rentrer a Madagascar, malheureusement il y a des moments ou je n’y crois plus. J’ai arrete d’insister pour qu’on achete une TV compatible au systeme malgache, une machine a laver qui soit convertible au 220V et non seulement au 110V d’usage ici.
Je jette fringues, assiettes, chaussures, des trucs en parfait etat, parfois neufs mais dont je n’ai pas besoin. Je le fais sans etat d’ame, et la pensee ne me vient plus que je risquerai d’en avoir besoin lorsque je rentrerai a Madagascar.
Bref, j’ai arrete de me preparer au retour.

Quand je parle a ZazaKv, c’est dans un melange de Malagasy-Francais-Anglais. Et je lui lis Dr Seuss et Babar en anglais et lui chante des berceuses anglo-saxonnes…
Sa nounou lui parle encore dans une autre langue. Je crois bien que son premier mot ne sera pas malgache. C’est le premier pas vers l’assimilation. Quelle horreur !

Advertisements

5 Responses to "La question du retour"

Sans vouloir remuer le couteau dans la plaie, à partir du moment où ZazaKV ira à l’école, ça va être un rien plus difficile d’envisager un retour, non ?

Pas facile de décider du “bon” moment : c’est forcément très personnel.

je crois que si nous ne rentrons pas avant les 5-6 ans de ZazaKv, nous ne rentrerons plus…
ou alors les pieds en avant et dans un coffre clos. ou reduit en cendres dans un bol.

que signifie kv?

kv= kinga vava = bavarde
En realite, je suis douce et timide.

Bonjour, je suis francais et je vis aux US. Je comprends tres bien tout ce que vous dites. Dans mon cas, la solution de compromis que j’ai trouvee consiste a rentrer deux fois par an en France avec les enfants pour les vacances.
D’autre part, j’ai constate que la poesie, la beaute et les bonnes choses existent aussi aux Etats-Unis.
La situation n’est pas binaire….

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s


  • Anonymous: Michener, le grand romancier historique raconte dans sa fresque sur l'Afrique du Sud (je ne me souviens pas du titre) la vie d'une esclave Malagasy
  • Anonymous: mahagaga fa misy album nataon'i nicolas vatomanga izay tany amin'ny taona 1999 tany fa tsy nivoaka ilay izy : redalandy (red island) no nataony anaran
  • Zanatany: j'ai hérité (de mes grands parents qui vivaient à Mada depuis 1927)d'une oeuvre phénoménale de Maurice Le scouezec peinte à Madagascar (Mahamas)

Categories

%d bloggers like this: