Windows on the World of SipaKV

Faits divers version Midi

Posted on: August 19, 2005

Tous les matins, comme bon nombre de mes compatriotes immigres, expatries, exiles, je passe une bonne demie heure a lire les journaux malagasy. Ca m’aide a ne pas me sentir trop “depaysee”. Je lis les querelles politiques, la necrologie, la chronique de VANF (qui fait tres blog ! a quand le blog de VANF sur l’internet?). Je lis les sections people aussi. Je trouve la section “Malagasy” de Midi particulierement hilarante.
Ca va des criminels arretes (“Voasambotra hono RaBolide”), des faits tristement criminels(“Naolany ny zana-badiny tsy ampy taona”) ou encore du conte fantastique (“Nivadika bibilava ny mahalehilahy an’ilay rangahy”).

Aujourd’hui, c’est les malheurs d’une jeune femme enceinte d’un vazaha, avortee par le vazaha, remplacee par le vazaha que la section relate. Faits divers a part, ce sont les commentaires desobligeants du journaliste qui me tuent.

Ca ne dit pas si la femme en question etait d’accord sur l’avortement, ne dit pas si l’avortement a “reussi”, qui exactement sont les protagonistes (ca se borne a dire que c’est un vazaha= le mechant et une femme malgache=pauvre victime), comment le journaliste en est venu a connaitre cette affaire (les sources! les sources!).

J’ai un peu de mal a suivre l’histoire, mais tous les ingredients pour faire un roman noir sont la. Le sexe, le crime, la jalousie, la passion… le vazaha libidineux qui profite ehonteusement de la pauvrete (venalite nee de la misere?) des femmes malgaches.Et le journaliste d’en tirer une conclusion tres morale “araraotin’ny vahiny ny fahantran’ny vehivavy gasy. Hanaovany izay tiany hatao amin’ny lafiny rehetra mihitsy”.

When’s the next article. I am positively shivering with anticipation.

Advertisements

7 Responses to "Faits divers version Midi"

Pour avoir vécu un temps qui dure plus que des vacances sur la côte et notamment dans des villes où le tourisme sexuel sévit, la conclusion du journaliste prend tout son sens.J’ai vu.Oui,la femme malagasy a la responsabilité d’accepter,mais à voir de plus près,c’est ça ou rien avant longtemps.des atrocités faites par ces vazaha (na fotsy na mainty)existent.et c’est à vomir.

C’est un fait divers! du sensationnalisme…ah quelle vie!

Je comprend tout à fait les jeunes filles malgache car si elles font ça, non pas par bêtise mais l’envie de réussir … le malgache d’aujourd’hui n’a pas de travail, et la majorité n’a pas de qualification, il n’y a pas d’issue pour sortir de l’impasse sauf la fuite en avant d’où le « manambady vazaha », le « miklandy » na ho any na tsy hoany … c’est triste mais que faire d’autre ?

mon blog visait le journaliste et la facon d’operer et d’ecrire, pas du tout les jeunes femmes malgaches.

Midi est un quotidien National. Le PB évoqué dans cet article m’a interpellé car avec elodieriana en est justement entrain de discuter de ça …ce truc existe et il faut peut-être se pauser la vraie question.désolé si c hors sujet.

du sensationnalisme, je suis pas convaincue.y doit avoir du vrai!

“araraotin’ny vahiny ny fahantran’ny vehivavy gasy. Hanaovany izay tiany hatao amin’ny lafiny rehetra mihitsy…”

Le journaliste, certes, donne un avis (im)personnel mais ce serait trop optimiste de croire que ce cas-ci est isole et ne reflete pas la realite de la vie a mada.
Je pense qu’un journaliste a aussi le devoir d’eveiller la conscience collective. Il ne doit pas s’arreter a donner seulement une information brute.
Maintenant, il faut se mefier des faits divers devenus a force des generalites et s’assurer de la fiabilite des sources.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s


  • Anonymous: Michener, le grand romancier historique raconte dans sa fresque sur l'Afrique du Sud (je ne me souviens pas du titre) la vie d'une esclave Malagasy
  • Anonymous: mahagaga fa misy album nataon'i nicolas vatomanga izay tany amin'ny taona 1999 tany fa tsy nivoaka ilay izy : redalandy (red island) no nataony anaran
  • Zanatany: j'ai hérité (de mes grands parents qui vivaient à Mada depuis 1927)d'une oeuvre phénoménale de Maurice Le scouezec peinte à Madagascar (Mahamas)

Categories

%d bloggers like this: