Windows on the World of SipaKV

Cendrillon s’est rebellee

Posted on: June 14, 2005

Le 26 Juin approche. Je recois une invitation pour aller feter notre independance nationale. Quarante cinq ans de liberte, d’egalite et de fraternite ! Euh oops… J’oubliais on en est arrivE au fahamarinana sy fahamasinana, etant passe par le tanindrazana, tolom-piavotana et fahafahana. Tous ces beaux mots devraient m’inspirer pour ecrire un blog patriotique et serieux, mais helas, ma premiere pensee en voyant l’invitation a ete de me dire

Quelle robe et quelles chaussures?
Qui ira a la fete?
Est-ce qu’il y aura a bouffer?

Et oui, je suis frivole a ce point…
Voyez vous la premiere fois que je me suis rendue a une fete nationale en dehors du pays, je me suis ramenee avec ma petite coterie d’amis, vetue le plus simplement du monde d’une petite robe d’ete avec ma tignasse mal controlee par une barrette en plastique. Et encore c’etait mon jour de chance car je n’etais pas affublee de 501 et de baskets comme quelqu’un que je connais.
Quelle ne fut ma surprise en me sentant dedaigneusement devisagee de toutes parts par des misses en talons hauts, robes courtes ou longues mais de soiree, maquillees, impeccablement coiffees, cauchemardesque vision de jeunes filles a marier!
Tout le monde s’etait donne le mot pour venir tire a quatre epingles, en negligeant de nous informer.

Aussi pour faire comme les autres, l’annee suivante, je suis arrivee moi aussi deguisee en reine de bal: coiffure et peinture de guerre, robe de soiree, trebuchant sur mes talons de cent centimetres, soulevee de terre par un nuage entier d’effluves Issey Myiake . Cendrillon ne s’est jamais sentie aussi transformee que je le fus ce jour la.
Idem les annees suivantes.

Mais avec l’age, j’ai plus de recul et aucune envie de ceder a l’obsession nationale pour l’apparat et le paraitre. Par exemple, j’aimerais bien aller au temple protestant de la Ville Haute de retour au pays, simplement vetue de mes vetements de tous les jours, et non plus deguisee en petite fille modele : jupe, escarpins, chemise blanche, serre-tete, bible et fihirana sous le bras, affublee de l’air penetre du plus honnete. Je m’assierais sagement pres de ma mere, echangerais sourires discrets avec les voisins en attendant les premieres notes de l’orgue qui signaleraient le debut de l’office. Le pasteur demanderait aux zanaka ampielezana de se lever pour que l’assemblee puisse les saluer.
Ma mere, honteuse d’avoir genere une fille aussi indigne, ne me donnerait pas des coups de coude impatients pour m’inciter a m’exhiber, car qui sait peut-etre son gendre prospectif serait dans l’assemblee.
“Oui, je reviens de France/Belgique/Canada/Senegal/Iran/Chine, …qu’importe je reviens d’Andafy! Regardez moi tous!”

Advertisements

4 Responses to "Cendrillon s’est rebellee"

Belle prose !

😀 tu dois ĂȘtre pas mal en reine de guerre!j’aime la peinture de guerre.petite,j’aimais pas mĂŽ maitresse teintĂ©e comme un pot de peinture!

eh oui, c’est un de mes stress d’aller Ă  une fĂȘte malgache, tout le monde scrute tout le monde. c’est comme un fantasme hollywoodien on the red carpet! Qu’est ce que tu mets lĂ ? Gucci!! C’est Ă©xagĂ©rĂ© mais je trouve que c’est malsain. Tsy ny tany no fady fa ny vavambahoaka……je n’y crois pas toujours

Muy chulo tu blog, un saludo.
Jalberto

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s


  • None
  • Anonymous: Michener, le grand romancier historique raconte dans sa fresque sur l'Afrique du Sud (je ne me souviens pas du titre) la vie d'une esclave Malagasy
  • Anonymous: mahagaga fa misy album nataon'i nicolas vatomanga izay tany amin'ny taona 1999 tany fa tsy nivoaka ilay izy : redalandy (red island) no nataony anaran
  • Zanatany: j'ai hĂ©ritĂ© (de mes grands parents qui vivaient Ă  Mada depuis 1927)d'une oeuvre phĂ©nomĂ©nale de Maurice Le scouezec peinte Ă  Madagascar (Mahamas)

Categories

%d bloggers like this: